LA COMPAGNIE

Arnaud Anckaert

& Capucine Lange

Nous créons la compagnie Théâtre du Prisme en 1998 à Villeneuve d'Ascq. Nous affirmons dès le début un goût pour les écritures contemporaines, en prise avec le réel, telles que celles de Kroetz, d'Enda Walsh, de Dennis Kelly, de Nick Payne ou encore de Duncan Macmillan. Notre particularité et le cœur de notre travail, c'est le défrichage des textes, la découverte d'auteurs. Nous nous voulons structure ouverte et collaborons avec d'autres artistes pour développer des projets originaux. La mise en scène du spectacle de cirque Appris par corps, qui a fait le tour du monde, en est un exemple, ou la mise en place du Festival Prise Directe.

 

Il est essentiel pour nous de partager notre travail et notre démarche avec le public, en accompagnant la création par des rencontres et des stages, mais aussi par des formes intimes, dans un rapport direct au spectateur. Le sens et l'ampleur de ce lien avec le public se revitalise sans cesse au cœur d'une maison de théâtre, de son projet. C'est cet endroit de rencontre que nous questionnons et éprouvons, notamment avec la Comédie de Béthune CDN Hauts-de-France,
avec laquelle nous fumes partenaires de 2014 à 2017,
ou avec le Théâtre de Cachan auquel nous
sommes associés.
Ce qui intéresse principalement Arnaud, c'est que l'interprète soit au cœur du spectacle, et que la relation qu'il entretient avec le public soit privilégiée. Ce qu'il recherche, c'est que la fabrication du théâtre soit invisible et concrète.

 

En 1998, nous montons Un riche trois pauvres,
de Louis Calaferte, spectacle qui situe tout de suite l'univers de la compagnie : une écriture acide, un jeu en ouverture avec le public.

En 1999, nous voyageons dans un camion à travers toute l'Europe durant un an, à la rencontre de femmes et d'hommes de théâtre, notamment Armand Gatti. C'est lors de cette année que nous posons les bases de notre identité d'artistes.

Au retour de ce voyage, nous montons au Grand Bleu à Lille Un cahier bleu dans la neige, d'après Daniil Harms. Les thématiques se précisent, celles de la chute et de la responsabilité, et un certain humour politico-absurde.

 

Nous aimons les écritures inédites, et suite au spectacle Pulsion, de Frantz-Xaver Kroetz, c'est Disco Pigs d’Enda Walsh, en 2004, qui confirme l'identité artistique d'Arnaud, à savoir celle d'un metteur en scène qui découvre des auteurs et des autrices, anglophones notamment, pour les créer en France pour la première fois.

En 2006, nous entamons un volet sur la famille avec

La Ménagerie, d'après Tennessee Williams, que nous présentons à la Scène nationale la rose des vents,

à la ferme du Buisson et au Théâtre National  de Strasbourg. Après un détour par Ionesco - Les Chaises et Ha la la -, nous poursuivons ce cycle avec Ma/Ma en 2009, un duo dansé qui met au cœur la question de la filiation.

 

En 2010, nous sommes associés pour 4 ans au Centre Culturel Daniel Balavoine à Arques, pour mener un travail de territoire. Nous approfondissons la thématique de la famille en 2011 avec Orphelins,

de Dennis Kelly, en première création française, et
Sœur de en 2012, de l'auteure néerlandaise

Lot Vekemans. C'est l'occasion pour nous d'affirmer

un théâtre immédiat, avec des textes en prise directe avec la réalité.

 

 

Prise Directe, c'est le nom que nous donnons au festival de lectures, de spectacles et de performances, que nous mettons en place tous les deux ans

depuis 2013.

 

Nous commandons la traduction du texte Constellations, de Nick Payne, à la dramaturgie singulière -un système de variations quasi musicales-, afin, une nouvelle fois, de faire découvrir au public en première française le texte d'un jeune auteur anglais.

 

Nous devenons en 2014 compagnie partenaire de

La Comédie de Béthune, Centre Dramatique National Hauts-de-France, et créons Comment va le monde ?, une conférence-spectacle à mi-chemin entre
le road-movie et le témoignage personnel, qui
retrace notre voyage européen à la rencontre

de compagnies de théâtre.

 

En 2015, nous créons un spectacle jeune public,

de Robert Evans, Simon la Gadouille. Un récit bouleversant qui a trouvé des résonances fortes dans l'histoire personnelle d'Arnaud, celles de la chute

et de la réconciliation.

 

En 2016, nous découvrons le texte de la jeune autrice anglaise Alice Birch, lauréate du George Divine, jouée au Royal Court de Londres et à la Schaubühne : Revolt. She said. Revolt again. Nous le faisons traduire pour le créer en première française à

La Comédie de Béthune. C'est une pièce mosaïque,

un manifeste sur les femmes et les hommes du XXIe siècle. Une tentative révolutionnaire face

à l'incompréhension du monde.

 

En 2017, nous créons Séisme, de Duncan Macmillan, traduit par Séverine Magois, avec qui nous collaborons depuis plusieurs années, pour une première création française. Le texte, longue conversation d’un couple qui se questionne sur le fait d’avoir un enfant dans le monde d’aujourd’hui, est remarquablement construit, car à travers une succession d’ellipses, nous assistons à toute leur histoire dans un langage simple et stimulant pour l’imagination du spectateur.

 

Nous avons le projet pour 2018 de créer un autre texte de Duncan Macmillan, Toutes les choses géniales. Imprégné de toute la chaleur et la mélancolie liées aux impressions d’enfance, c’est un texte autant léger que son sujet est grave : le suicide regardé en face et

sans complaisance. On y suit l’histoire d’une personne qui raconte son expérience de la perte d’un proche à travers un échange avec le public simple et ludique. Derrière le récit de cette traversée singulière, la pièce invite chacun à questionner son rapport à la vie et à la mort, avec un humour vivifiant.

Bien plus qu’un récit linéaire, la pièce, fortement marquée par le stand-up, évolue en complicité

-et en grande proximité avec les spectateurs.
Nous souhaitons donc créer un spectacle autonome et le jouer partout, dans des réseaux de décentralisation,
à la rencontre de tous les publics.

Arnaud Anckaert et Capucine Lange

CIE THÉÂTRE DU PRISME

12, rue Devred

F-59650 Villeneuve d’Ascq

+33 (0)3 20 56 15 12

CONTACT@THEATREDUPRISME.COM

FACEBOOK

© Cie Théâtre du prisme 2011.2017 / Design : Les produits de l’épicerie